Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 07:52

Von Stuck amazone

 

Un poème de Yannis Kondos tiré du recueil D'un moine anonyme (1985).

 

Αnna, l'amazone belliqueuse

C'était midi après la bataille. Tous épuisés, nous ôtions casques et cuirasses. L'ennemi s'était replié derrière la colline. Le soleil brûlait : le fer, la peau, la solitude. Les blessés gémissaient, les chevaux crevaient. Les ambulances filaient à une vitesse folle, une croix rouge sur le capot. J'avais soif. Je pris la gourde, voulus boire, elle était pleine de sable. Je coupe de l'herbe et m'en rafraîchis les lèvres. Je défais mes croquenots (tout s'est mélangé, les temps, l'histoire, nos vies). Indifférent à tout, je vais pisser derrière un rocher. Et tandis que je suivais la courbe du liquide jaune, devant moi l'amazone resplendit. Cheveux d'un noir pur, un sein nu et l'autre coupé (en cet endroit l'épiderme était rose comme le matin). Longues jambes, genouillères d'or et odeur brune de mort. Elle cria en grec : « Pas un geste ». Je me figeai, tentai de me reboutonner. Un instant je la pris pour un ange, debout, tendue, le soleil derrière elle. Mais aussitôt je compris l'horrible vérité. Elle leva l'épée et l'abattit sur moi en hurlant, coupant mon corps en deux. Elle me jeta sur son dos, agneau égorgé. Depuis j'habite avec elle, fabriquant divers objets en ficelle et en bois. Ma mère hante la Croix Rouge et les camps de prisonniers avec une photo jaunie. Moi je vois tout à travers la prison, mais je ne peux parler. Seuls mes doigts agiles produisent des objets identiques.

 

πολεμοχαρής ἀμαζόνα Ἄννα

Ἤτανε μεσημρι μετ τ μχη. Κατάκοποι ὅλοι, βγάζαμε περικεφαλαες κα θρακες. Ὁ ἐχθρς εἶχει ὑποχωρήσει πέρα ἀπό τό λόφο. Ὁ ἥλιος ἔκαιγε · τό σίδερο, τό δέρμα, τή μοναξιά. Οἱ τραυματίες βογκοῦσαν, τά ἄλογα ψοφοῦσαν. Τά ἀσθενοφόρα τρέχανε ἰλιγγιωδῶς μέ τόν κόκκινο σταυρό στά καπό. Διψοῦσα. Ἔπιασα τό παγούρι, ἔκανα νά πιῶ καί εἶχε μέσα ἄμμο. Κόβω λίγα χόρτα νά δροσίσω τά χείλη. Λύνω τίς ἀρβύλες (ἔχουν μπερδευτεῖ οἱ χρόνοι, ἡ ἱστορία καί οἱ ζωές μας). Ἀδιαφορώντας γιά ὅλα, πηγαίνω πίσω ἀπό ἕνα βράχο νά κατουρήσω. Καί ὅπως κοιτοῦσα τήν καμπύλη τοῦ κίτρινου υγροῦ, ἄστραψε μπροστά μου ἡ ἀμαζόνα. Καθαρά μελαχρινή, μέ τό ἕνα στῆθος γυμνό καί τό ἄλλο κομμένο (σ'ἐκεῖνο τό σημεῖο ἡ ἐπιδερμίδα ἤτανε ρόζ τοῦ πρωινοῦ). Πόδια ψηλά, μέ χρυσές ἐπιγονατίδες καί καφέ μυρωδιά θανάτου. Φώναξε στά ἑλληνικά· “ἀκίνητος”. Παγώσα καί προσπαθοῦσα νά κουμπωθῶ. Γιά μιά στιγμή τήν πέρασα γιά ἄγγελο, ὅπως στεκόταν τεντρομένη μέ τόν ἥλιο πίσω. Ἀμέσως ὅμως κατάλαβα τή μαύρη ἀλήθεια. Σήκωσε τό σπαθί καί τό κατέβασε πάνω μου μέ ἕνα οὐρλιαχτό χωρίζοντας τό σῶμα μου στά δυό. Μέ ἔριξε στήν πλάτη της σφαγμένο ἀρνί. Ἀπό τότε μένω μαζί της, κατασκευάζοντας διάφορα χειροτεχνήματα μέ ξύλο καί σπάγκο. Ἡ μάνα μου τρέχει στόν Ἐρυθρό Σταυρό καί σέ στρατόπεδα αἰχμαλώτων μέ μιά κιτρινισμένη φωτογραφία. Ἐγώ τά βλέπω ὅλα μέσα ἀπό τή φυλακή, ἀλλά δέν μπορῶ νά μιλήσω. Μόνο τά ἐπιδέξια δάχτυλά μου παράγουν ὁμοιόμορφα λεπτουργήματα.

                          
Traduction de Michel Volkovitch   Απ Ανωνύμου μοναχού, 1985

 

 

En tête d'article une sculpture de Franz Von Stuck : Amazone (photo : internet)

 

Liens

Un blog : poèmes  de Yannis Kondos (bilingues grec/français, avec sa biographie).

Site de Michel Volkovitch
Yannis Kondos sur ce blog

  Cet article est publié sur Eklablog

Repost 0
Published by Dornac - dans Yannis Kondos
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 18:13

  Stephanakis Yannis

 

Le sommeil tombe sur les enfants

Chaleureuse la ville vient à nous.
Nerveux, mal éclairés, plans rapprochés
de ma vie. Je vois la cage d'escalier
du jour, j'entends des cris, des ordres
et les pas de mes concitoyens
qui vont et viennent, travail,
famille, boiterie. Une couleur
de pomme pourrie couvre les rues.
La ville est rouillée enfin,
elle a perdu le tempo, elle prend
du retard comme une vieille montre.
Tout est ralenti, oublié,
sur une musique rampante
sombrement verte.
Pierres et phonèmes produisent
une couche isolante.
Je dors dans l'arche sous ton bras
et dehors la tempête fait rage.
Je dors tel un enfant dans le four
de l'automne sur un accordéon.

 

Ό ὕπνος πῆρε τά παιδιά.

Θερμή πόλη ρχεται κοντά μας.
Νευρικά, μέ λίγο φ ς τά κοντινά πλάνα
τς ζως μου. Κοιτάζω τό κλιμακοστάσιο
τς ἡμέρας καί κούω φωνές, προσταγές
καί τά βήματα τν συμπολιτν μου,
νά πηγαίνουν στίς δουλειές,
στίς οκογένειες, στά χαμένα.
να χρμα σάπιου μήλου καλύπτει τούς δρόμους.
πιτέλους πόλη σκούριασε,
χασε τό ρυθμό της, πηγαίνει
πίσω σάν χαλασμένο ρολόι.
λα γίνονται πιό ργά, ξεχασμένα,
μέ μουσική ρπουσα
καί βαθιά πράσινη.
Φθόγγοι καί πέτρες δημιουργον
να στρμα μονωτικο .
Κοιμμαι στό τόξο τς μασχάλης σου
καί ξω μαίνεται θύελλα.
Κοιμμαι ς πας ες τήν κάμινον
το φθινοπώρου μέ να κορντεόν.

     
Traduction de Michel Volkovitch    

 

Tableau de Yannis Stéphanakis (Γιάννης Στεφανάκις).

 

Liens

Un blog : poèmes  de Yannis Kondos (bilingues grec/français, avec sa biographie).

Site de Michel Volkovitch
Yannis Kondos sur ce blog

Cet article est publié sur Eklablog

 

Repost 0
Published by Dornac - dans Yannis Kondos
commenter cet article
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:03

dimitrisgheros.JPG

 

 

L'athlète du néant

 

Il court. Il court face au vent.
Par monts, lacs et villes. Obstacle
après obstacle. Incendies, guerres, plaintes, familles.
De rares beautés quand il s'arrête pour boire de l'eau.
Il les voit un instant, les attrape, oublie tout.
Et de nouveau, poursuite, souffle coupé,
fragments d'images, trains qui passent
et joyeux voyageurs. Et lui,
comme pourchassé qui affronte en même temps
d'autres épreuves. Qui arrive dernier
la mort dans l'âme, que personne
ne voit, les spectateurs sont déjà loin.
Sous la pluie, la neige, le soleil, le corps
tient bon, la cervelle s'envole. Tantôt oublie —
tantôt se souvient. Lors d'une pause pour voir
la lune, sans cesse il pense : le soir
violet, les caresses, les promesses.
Et il court, il court, tandis que ses rivaux
ont terminé, raflant les prix
et les clameurs. Lui seul court sur la boucle
du temps. Un temps ligne droite
ou brisée ou spirale. Sans se retourner
sur le poème, car le poursuivent mouches, sauterelles
et l'air pollué de la civilisation.
Au passage il voit des arbres et du ciel,
des oiseaux, il sourit, il espère
s'évader, s'envoler.
Mais pas question, il est programmé
pour ce rôle. Ce rôle de coureur sans ligne
d'arrivée connue.


Le jour et la nuit clignotent.
Ses yeux sont accoutumés à ce
crépuscule. Héros de Samuel Beckett,
lui, jamais il n'aurait cru.
À présent il s'approche de ténèbres
qui sont pour lui lumière éblouissante.
Joues gonflées par l'effort,
comme s'il gonflait les voiles
des Argonautes. Il va, il va.
Le pied se souvient d'avant
et d'après irrévocablement. Il devient roue,
lance des étincelles, entêtement amoureux.
L'arrivée se serre comme une vis
dans l'infini ou dans chaque jour.
Une foulée, il se perd
dans le flottement de la fin.

   

Ο αθλητής του τίποτα

 

Τρέχει. Τρέχει με αντίθετο άνεμο.
Περνά βουνά, λίμνες, πόλεις. Δυσκολίες
και δυσκολίες. Φωτιές, πολέμους, γκρίνιες, οικογένειες.
Λίγες ομορφιές όταν σταματάει να πιει νερό.
Τις βλέπει για λίγο, τις πιάνει, ξεχνιέται.
Και πάλι το κυνηγητό, η κομμένη ανάσα,
οι αποσπασματικές εικόνες, τραίνα που περνάν
με χαρούμενους ανθρώπους. Και αυτός
σαν κυνηγημένος να προσπαθεί ταυτόχρονα
και άλλα αθλήματα. Να έρχεται τελευταίος
με την ψυχή στο στόμα, να μην τον βλέπει
κανείς, γιατί οι θεατές έχουν ήδη διαλυθεί.
Με βροχές, με χιόνια, με ήλιους, το σώμα
αντέχει, το μυαλό πετάει. Άλλοτε ξεχνάει
- άλλοτε θυμάται. Σε μια στάση για να δει
το φεγγάρι, συνέχεια σκέπτεται: το βιολέ
απόβραδο, τα χάδια και τις υποσχέσεις.
Και τρέχει, τρέχει, ενώ οι άλλοι συναθλητές του
έχουν τερματίσει και σάρωσαν βραβεία
και ιαχές. Αυτός μόνος τον κύκλο
του χρόνου τρέχει. Χρόνος σε ευθεία
ή τεθλασμένη ή σπείρα. Δεν κοιτάζει
πίσω το ποίημα, γιατί τον ακολουθούν μύγες, ακρίδες
και μολυσμένος αέρας του πολιτισμού.
Περνώντας βλέπει δέντρα και ουρανό,
βλέπει πουλιά, χαμογελά και λέει
να δραπετεύσει, να πετάξει.
Αλλά δεν γίνεται, είναι προγραμματισμένος
γι αυτόν το ρόλο. Το ρόλο του δρομέα
με το άγνωστο τέρμα.

Νύχτα και μέρα αναβοσβήνουν.
Τα μάτια του συνήθισαν σ' αυτό το
λυκόφως. Ήρωας του Σάμουελ Μπέκετ
δεν το φαντάστηκε ποτέ ότι θα γίνει.
Τώρα πλησιάζει σε ένα σκοτάδι
που αυτός το βλέπει άπλετο φως.
Φουσκωμένα τα μάγουλα από την προσπάθεια,
είναι σαν να φουσκώνει τα πανιά της
Αργοναυτικής Εκστρατείας. Πάει και πάει.
Το πέλμα θυμάται το πριν και το
μετά αμετάκλητα. Γίνεται τροχός,
βγάζει σπίθες και πείσμα του έρωτος.
Το τέρμα σφίγγεται βίδα
στο άπειρο ή στην κάθε μέρα.
Ένας διασκελισμός και χάνεται
στην αβεβαιότητα του τέλους.

         
  Traduit du grec par Michel Volkovitch
(recueil L'athlète du néant)
     in Ο αθλητής του τίποτα

 

Tableau en tête d'article : Δημήτρης Γέρος
                                       Dimitris Geros (ou Yeros)

 

------------------------Antoine-Mayo.jpg

Antoine Mayo : Le grand frère

 

Liens

Un blog :poèmes  de Yannis Kondos (bilingues grec/français, avec sa biographie).

Site de Michel Volkovitch

  Cet article est publié sur Eklablog

Repost 0
Published by Dornac - dans Yannis Kondos
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 11:55

tetsis-.jpg

L'Anatomiste


« Le temps ne me fait pas peur »
m'a dit le boucher
coupant, hachant, accrochant.

« Pas question de rester au ciel,
c'est ici-bas que j'habiterai toujours. »
Il me regardait, frottant
ses mains sanglantes
contre le blanc du tablier.

« Ma maison est près de l'étang.
Je pêche toute la nuit
des anguilles et des lunes. »
Son coup de couteau
– droit comme le silence –

vide le ventre de l'agneau.

« À midi, quand il pleut,
je peins le même paysage. »
Il sépare le foie des viscères.

Je lis aussi des poèmes.
Une fois j'ai même lu Hölderlin. »
Le cœur est tombé de l'étal.
Il s'est penché, l'a ramassé, raccroché
avec les autres. 

Août 1989 - Juin 1992

In Au tournant du jour

 

Ὁ ἀνατόμος 

 

« Δέν τόν φοβᾶμαι τό χρόνο »
μου εἶπε ὁ χασάπης
κόβοντας, λιανίζοντας, κρεμώντας.

« Δέν πρόκειται να μείνω στόν οὐρανό,
ἐδῶ, στά χαμηλά θά κατοικῶ γιά πάντα. »
Μέ κοιτοῦσε σκουπίζοντας
τά ματωμένα χέρια
στό ἄσπρο τῆς ποδιᾶς.

« Τό σπίτι μου εἶναι κοντά στήν λίμνη.
Ὅλη τή νύχτα ψαρεύω
χέλια καί φεγγάρια. »
Τραβάει μαχαιριά
– εὐθεία σάν σιωπή –
καί ἀδειάζει τήν κοιλιά τοῦ ἀρνιοῦ.

« Τά μεσημέρια, ὅταν βρέχει,
ζωγραφίζω τό ἴδιο τοπίο. »
Ξεχωρίζει συκώτια ἀπό ἐντόσθια.

« Διαβάζω καί ποιήματα.
Μιά φοπά διάβασα Χαίλντερλιν. »
Τοῦ ξέφυγε ἡ καρδιά ἀπό τόν πάγκο.
Ἔσκυψε, τήν πῆρε καί τήν κρέμασε
μαζί μέ τά ἄλλα. 

Αὔγουστος 1989 – Ἰούνιος 1992

In Στο γύρισμα της μέρας 

 

                                                                                                                   

Traduction de Michel Volkovitch in Anthologie de la poésie grecque contemporaine, Gallimard, 2007.

     Texte original

Tableau en tête d'article : Παναγιώτης Τέτσης (Panayotis Tetsis)

 

Sentimental bourreau de Boby Lapointe
Video : serotine9

 

Liens

Un blog :poèmes  de Yannis Kondos (bilingues grec/français, avec sa biographie).

Site de Michel Volkovitch

Panayotis Tetsis, né en 1925 (english wikipedia)

      Cet article est publié sur Eklablog

Repost 0
Published by Dornac - dans Yannis Kondos
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 15:25

 

30.jpg

 

32.jpg

Toutes les icônes le montrent, tu vas me tuer. C'est l'après-midi, mes écailles  brillent. Je ne mange que l'herbe de la lune. Le sang m'est inconnu. Je réchauffe les œufs de  la cité, les habitants font des cauchemars. C'est tout ce que je fais – le reste est mensonge. Quant à la jeune fille, quant aux eaux que je tiens prisonnières, vois: ceci est un jardin avec des pommiers nains et des fraises que je n'ai pas goûtées. À présent seuls et face à face. C'est vendredi, les porcelaines de nos visages sombrent dans la nuit soudain. Je vois ma pensée: une épine dans le ciel. Je vois encore ta noire pèlerine s'ouvrir pour me recouvrir, tandis que se lève ta main tenant l'épieu. Dans d'autres circonstances, j'aurais pu être un chien dans ta cour. Sur les tableaux j'ai des ailes aux membranes vertes. Je n'ai jamais volé. Je traîne mon ventre enflé sur le sol en déplaçant la mer vers la montagne. À ce moment2.jpg-là  le verre de ta voix s'est brisé plantant l'épieu dans mes poumons, jusqu'au cœur. Un sang épais a jailli, teignant les chaussures d'argent des anges derrière toi sur deux rangs qui riaient. J'ai lancé le dernier sifflement – fil de nickel de la terreur. Les pommes du jardin ont mûri, sont tombées à mes pieds. Levant les yeux au ciel tu es devenu saint. Mes griffes plantées dans le sol répandent musique et parfum. J'ai fermé les yeux et j'ai vu.

Yannis Kondos, Le dragon parle à saint Georges in D'un moine anonyme, 1985.

Traduction de Michel Volkovitch in Anthologie de la poésie grecque contemporaine, Gallimard.

Les tableaux sont de Péris Iérémiadis (Πέρης Ιερεμιάδης)

 

Liens

Un blog :poèmes  de Yannis Kondos (bilingues grec/français, avec sa biographie).
Autres poèmes et notes sur l'auteur sur le site de Michel Volkovitch.

Saint Georges (un billet sur ce blog)

Péris Iérémiadis (peintre) :
son site
D'autres oeuvres à voir en ligne

Cet article est publié sur Eklablog


Repost 0
Published by Dornac - dans Yannis Kondos
commenter cet article

Me Contacter

  • : Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Greece-
  • Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Greece-
  • : Une autre vision de la Grèce.*Another vision of Greece (declaration of love to Greece)*
  • Contact


Le titre et l'auteur de l'image en début d'article sont indiqués en orange en milieu ou bas de page
Si les images n'apparaissent pas de suite, cliquez sur "actualiser".
 

NO-PUB-Zoom.gif

26/08/2014 De retour de vacances ce blog est couvert de publicités sans le consentement de l'auteur. Le blog continue sur EKLABLOG à l'adresse suivante : http://dornac.eklablog.com/

Since the 26th of august 2014, this blog is closed because of the adverts put on without the agreement of the author. Follow this blog on  :

 

ψάρια

 
Move your mouse and
feed them with clicks.

~~ .. ><((°>