Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 20:43



    Eleftheria Arvanitaki, concert in Chalkida, 07/24

Eleftheria Arvanitaki a promené sa voix haute, pure et sensuelle dans le beau décor du château de Chalkida (Grèce).

Sa présence sur scène est très forte. Alors que dans les interviews on a l’impression de voir une femme timide, fragile, avec une toute petite voix douce, elle est exactement à l’opposé sur scène : sa voix est puissante, belle, elle dégage une grande énergie, sillonnant la scène de part en part, projetant son corps comme tiré par sa voix vers la foule. Son regard n’oublie personne, et même à la distance éloignée où je me trouvais, on en sentait le poids. Elle n’est pas simplement SUR scène, elle est DANS le public. Son sourire chaleureux, charmeur, confiant assoit sa présence sur toute la foule.

 

Eleftheria took her high, pure and sensual voice out for a flight, in the beautiful scenery of Chalkida’s castle (Greece).  

She has great presence on scene. Whereas in the interviews she looks shy, fragile, with a sweet little voice, she is the exact opposite on scene : her voice is powerful, beautiful, she leaves a great energy, furrowing eveywhere on the scene, throwing her body, as if it was pull by her voice , towards the crowd. Her look doesn’t forget anybody, and, even from the long distance I was from the scene, I could feel the weight of it. She is not only ON scene, she is also IN the public. Her warmful smile, charming, confident, sits her presence on the crowd.

Début de concert avec "ti leipei" (Ici video d'un concert en 2002)
 
Elle a mêlé dans ce concert différents tubes actuels et passés, y compris l’emblématique « kokkino foustani » (la jupe rouge) qui n’a laissé indifférent absolument personne, pas même les vieilles dames et les vieux messieurs (elle touche une population allant de 7 à 80 ans) qui chantaient eux aussi avec elle « kokkino foustani ». Pourtant arrivé tard dans le concert (qui a duré environ 2h30), cette chanson était le moment le plus fort, où le public était le plus présent.
 
In this concert, she gathered up different actual and past hit songs, including the emblematic “kokkino foustani” (the red skirt) which lets nobody indifferent, not even the very old women and the very old men (she touches people from 7 to 80 years old) who were singing with her “kokkino foustani”. Though, she sang it late in the night (in a concert which lasted about 2h30), this song was the highest moment, when the public was the most alive.
 
   
To Kokkino Foustani - The best known
hit of Eleftheria Arvanitai (english lyrics
& Greek lyrics
 

Le public. Il connaissait toutes ses chansons par coeur, bien sûr.
Certaines ont pourtant créé des surprises émues, en particulier celles qu’elle a chantées en duo avec Melina Aslanidou (une jeune chanteuse). Eleftheria Arvanitaki l’entourait maternellement avec son chaud sourire, avec de doux hochements de tête encourageants.
Elle avait le trac la petite, du moins, elle le cachait difficilement : elle était arrivée sur scène tenue par la main sûre d’un homme resté dans l’ombre.
Melina Aslanidou fait partie de ces voix graves voilées qui donnent une sensation très terrienne, accidentée, et qui contrastait joliment avec celle d’Eleftheria Arvanitaki, très aérienne, limpide, fluide, sans accroc.
Les morceaux entraînants s’enchaînaient les uns après les autres sans temps mort. Les quelques pauses où la chanteuse adressait deux ou trois mots au public semblaient destinées à faire la transition avec des rythmes plus calmes.
Ce public là rassemblait toute la Grèce sans doute, tous les genres, de la mère de famille du village voisin à l’étudiante, en passant par les vieux, les adolescents… toute la Grèce avec une majorité très nette de femmes. On m’a dit que les hommes n’osaient pas forcément aller à ses concerts par orgueil, la « maguia ». Mais quand on parle d’Eleftheria Arvanitaki, ils soupirent tous d’un « Ah… Eleftheriiiia ! » admiratif.

La plupart des gens étaient concentrés. Le public respecte Eleftheria Arvanitaki mais beaucoup étaient indisciplinés, ils allaient, ils venaient.

Le concert devait commencer à 21h15. A 22h15, une masse de spectateurs continuait d’arriver ce qui donnait au concert, avec la très grande liberté donnée à chacun (sandwiches, portables, boissons diverses, promenades), un caractère « grosse production » sans solennité.

Parmi le gotha des habitants de Chalkida, un défilé noir d’une demie douzaine de prêtres orthodoxes à la silhouette allongée par leur haut kalimaphion (chapeau noir) s’est avancé avec la rectitude des  métronomes de Ligeti pour s’installer aux meilleures places devant la scène. Charité bien ordonnée commence par soi-même. Non, on ne risquait pas de danser- au fond, tout au fond, peut-être.

 

The public. He knew all the songs by heart, of course.
Though, some songs created moved surprises, particulary the ones sang in duet with Melina Aslanidou (a young singer). Eleftheria Arvanitaki were maternally surrounding her with her warm smile, with sweet nods of her head, encouraging.
The young woman, she had the wind up that she could hardly hide : she arrived on scene holding the securing hand of shadowing man.
Melina Aslanidou takes part to husky low voices, which give a terrestrial sensation, with accidents, and which nicely contrasted with Eleftheria Arvanitaki’s very aerial voice, pure, fluid, without hitch.
Catchy pieces of music were linked one to another without pause. The rarely pauses when the singer talked to the audience seemed to be built as transtions to cooler rythms.
This public looked like this entire Greece, from the housewife of the next village to the studient, including old men, teenagers... The whole Greece with a majoritty of women.I have been told that men didn’t dare to come to her concerts because of “magia”, proud. But when you talk about Eleftheria Arvanitaki, they have this sigh : “Ah... Eleftheriiiia !” with admiration in the tone of their voice.

Most of people were concentrated. The public respects Eleftheria Arvanitaki but a lot of people were also undisciplined, they were going here and there.

The concert should have begun at 21h15. At 22h15, a crowd of spectators were still arriving which gave to the concert, with the big freedom left to everyone (sandwiches, mobile phone, drinks, walks), the impression of a “big production” without solemnity.

Amongst the elite of Chalkida, a dark procession of about six orthodox priests, with a slight shadow elongated by the high kalimaphion (black hat) walked with the straightness of the  Ligeti’s metronomes to settle down on the best seats. Charity begins at home.

No, we didn’t risk to dance – backwards, perhaps, far from the scene.

 

 
Le "castro" (la citadelle) sur l'acropole de Chalkida, où avait lieu le concert.
 
The "castro" (castle) of Chalkida's acropolis where the concert took place.
                     
   

A 22h30, le concert pouvait commencer. Le retard était dû à un problème technique dont s’amusaient certains spectateurs en le traduisant en Anglais « A technical problem ». Enfin, un prêtre est monté sur scène créant un remous sarcastique dans la foule. On aurait dit, en effet, qu’il allait dire la messe, et cela semblait agacer les spectateurs. Il s’est excusé pour le technical problem et a lu un discours où j’ai compris çà et là qu’il devait s’agir d’un concert pour une œuvre de bienfaisance. Il a enfin remercié les partenaires commerciaux, surtout les banques. Il a remercié beaucoup de banques, avec une chaleur dans la voix qui trahissait une grande sincérité. A la fin de son discours, le prêtre a dû être applaudi par une dizaine de personnes maximum sur les centaines et les centaines de spectateurs. Un clap par çi, un clap par là, la fin de son intervention a soulagé la foule.

Et elle est arrivée sur scène, la belle déesse, créant une satisfaction émue.

Elle s’est excusée pour le technical problem. Là, je crois, la foule a eu un mouvement mêlé de reconnaissance et de lassitude, un peu comme si elle disait « Mais oui on te pardonne Eleftheria, on ne risquait pas de partir, on t’aime, allez, vas-y ! ». Mais elle a insisté de sa petite voix de souris et de ses yeux de louve avec grâce, douceur, charme, en parlant de son kardia (son cœur) à plusieurs reprises. Puis elle a ouvert le concert avec un tube entraînant de son précédent album.

 

At 22h30, the concert could begin. The delay was due to a “technical problem” that some people of the audience laught at it using the expression “technical problem” in english. Finally, a priest came on scene, creating a sarcastic stirs in the crowd. Indeed, you could imagine that he was going to make the mass, and it seemed to set on edge the audience. He apologized for the technical problem and read a speech that I understood here and there it was about charity . He finally thanked sponsors, aspecially the banks. He thanked a lot the banks, many banks, with a very warmful tone in his voice that betrayed a deep sincerity. At the end of his speech, the priest was probably applauded by ten people on the hundreds of spectators. One clap here, one clap there, the end of his talk was a relief to everybody in the crowd.

And she came on the stage, the beautiful goddess, leading a moved satisfaction in the crowd.

She apologized for the technical problem. And then, I think, people were a bit both thankful and bored (full up with apologizes), as if they were saying :“oh come on! We love you. We would never leave, go on!”. But she insisted on apologizing, with her little mouse voice, with grace, with charm, sweetness, talking about her « kardia » (heart) several times. Then she opened the concert with a hit fast drived, which belonged to her previous album.


Le kardia d’Eleftheria. Eleftheria’s kardia.
(photo d'après une video d'internet -photograph from an internet video)
 
Les premières chansons, connues du public, ont fait démarrer le concert sur les chapeaux de roue. L’eau n’était pas encore assez chaude pourtant pour suivre le cours de chant de « tis kali nychtas ta filia » (Les baisers du soir), mais la foule a ri d’elle-même.
 
The first songs, very known by the public, began hub cap. The water was not warm enough to follow the chant courses of “ tis kali nychtas ta filia” (Kissing goodnight) but the crowd laught at itself.


Les spectateurs chantent pendant tout le concert et se replient timidement devant les invitations d’Eleftheria, lorsqu’elle brandit le micro vers la foule, ou lorsque les musiciens s’arrêtent pour écouter.
Elle a terminé avec « Το παράπoνο (to parapono : la complainte)» , une chanson très aimée du public (pour moi aussi, c’est la première que j’ai apprise).

A la fin du concert, le château se vidait indéfiniment, le flux semblait ne jamais s’arrêter.

Quelques adolescentes de douze ou treize ans se sont mises à refaire le concert en chantant en chœur à tue-tête.
  

The audience sings during the whole concert and hide timidly when she hangs up the microphone towards it, or when the musicians stop to listen to it.

She ended with Το παράπoνο (to parapono : la complainte), a song that people appreciate a lot (I do, as well, it’s the first one I have learnt).

At the end of the concert, the castle never end to empty with people, they were so much. 

Some teenagers, girls about 12 or 13, began to remake the concert singing at loud in a choir.


      
δυνατά (dynata- with strengh)
 

Liens/Links :

Website d'Eleftheria Arvanitaki

Eleftheria Arvanitaki on Wikipedia

 
Critiques et commentaires sont bienvenus.
  Critics and comments are welcome.
 

 Autres articles citant Eleftheria Arvanitaki / Other articles with Eleftheria Arvanitaki on this blog :


    
Eleftheria Arvanitaki invite les vents ibériques à souffler en Grèce
     Ismaël Lo - Eleftheria Arvanitaki, une femme sans haine* Ιστορία παλιά
     Les sirènes existent (1)* Sirens do exist *Γοργόνες
     Maria Polydouri : Je ne chanterais pas si tu ne m'avais pas aimée
     Constantin Cavafis : Gris * Γκρίζα
     Odysseas Elytis : Ode à Aphrodite, d'après Sappho
     Odysseas Elytis : L'été a tout emporté * όλα τα πήρε το καλοκαίρι
     Odysseas Elytis : Το παράπoνο * la complainte
     Lara Fabian chez les Grecs
     Concerts: Angelique Ionatos et Katerina Fotinaki en Grèce à Naxos, Eleftheria Arvanitaki à Paros

Cet article est publié sur Eklablog

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Me Contacter

  • : Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Greece-
  • Αχ Ελλάδα σ'αγαπώ- Greece-
  • : Une autre vision de la Grèce.*Another vision of Greece (declaration of love to Greece)*
  • Contact


Le titre et l'auteur de l'image en début d'article sont indiqués en orange en milieu ou bas de page
Si les images n'apparaissent pas de suite, cliquez sur "actualiser".
 

NO-PUB-Zoom.gif

26/08/2014 De retour de vacances ce blog est couvert de publicités sans le consentement de l'auteur. Le blog continue sur EKLABLOG à l'adresse suivante : http://dornac.eklablog.com/

Since the 26th of august 2014, this blog is closed because of the adverts put on without the agreement of the author. Follow this blog on  :

 

ψάρια

 
Move your mouse and
feed them with clicks.

~~ .. ><((°>